Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2006

Des paroles dans le vide dans le vide du silence


Des paroles

          dans le vide

dans le vide du silence

Le silence

          répond

en écho

          dans l’abîme

 

 

Cri dans le vide

          à la cime

                    du silence

Paroles lancées

          à la corolle

                    cachée

 

CACHÉE

          dans l’abîme

                    du silence

 

[...]

 

30 mai 2006

Chercher une île où le texte accouché


. . .
Chercher une île

 

 

      où le texte accouché

 

 

      pourrait enfin

 

 

      se reposer

 

                                           . . .

 

 

 


. . . L'écrivain est un aventurier

 

 

 

 

                                     C'est pour

                                     cela

                                     qu'il est

                                     et sera

                                     toujours

                                     toujours

                                     SEUL !

 

                                                        . . .


 

(extrait du poème à dire et à crier Écrire !

poème publié depuis en Première impression

et ayant fait l’objet d’un enregistrement sonore écoutable en ce moment sur Myspace/alainmarclectures)

29 mai 2006

En poésie, ou tout du moins dans ce qui est consacré

En poésie, ou tout du moins dans ce qui est consacré comme étant de la bonne poésie, il ne doit pas y avoir de sens apparent. Il ne doit y avoir qu'un sens caché, deviné, qui se devine au fur et à mesure des ruptures et des retours. La polysémie est de rigueur. Multiplicité, multitude de sens qui s'enchevêtrent, qui forment un réseau complexe. Décrochage sémique, brouillage-embrouillage, et mélange des cartes sont de mise. Il y faut un sens diffus, touffu, sinon ce n'est pas de la poésie ! Entraînant le seul mécanisme possible chez le lecteur : le décodage !, seul outil à la recherche du sens, plutôt seul outil qui reste au lecteur pour qu'il trouve un sens, son sens, à lui (car devant cette polysémie, chaque lecteur trouve immédiatement son sens)…
(réflexion à poursuivre [1]).

Samedi 23 mars 1996.


[1] Lisant le recueil d'un poète local paru aux éd. Fourbis, qui contient par ailleurs, et à plusieurs endroits, de très bonnes choses…

28 mai 2006

Je me dandine tel un pantin


. . .
Je me dandine

      tel un pantin

      Ma tête

      Oscille

 

      Je danse

      virevolte

      et tourne

      tourne

      désarticulé

 

      Le ressort

      pousse

      encore

      lentement

      le souvenir

 

                     . . .


. . . Tel le

      refrain

      qui ressort

      toujours

      du tiroir

      glacé

      Le marteau

      prostré

      dans le noir

      Tape    tape

 

 

                                                            Les instantanés

                                                            sont

                                                            à jamais

                                                            figés

 

                                                                             . . .

 

. . . Quand

      ton regard

      devenait glacé

      Je savais

      qu’une

      idée fixe

      te

      hantait

      Quand

      ton regard

      se vidait

      C’était   la   MORT

      qui coulait

      dans ces

      petits vaisseaux

      rouges

      le long

      de tes yeux

      perdus

                             . . .

 

 

(extrait du poème à dire et à crier la Porte du destin

poème publié depuis en Première impression

et ayant fait l’objet d’un enregistrement sonore écoutable en ce moment sur Myspace/alainmarclectures)