Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juin 2006

Le ludique. J'ai la nette impression que le ludique conduit



Le ludique. J'ai la nette impression que le ludique conduit, prend la plus grande part dans quasiment tous les parcours d'écriture. On écrit (et publie), bien souvent, des livres pour pas grand chose, des livres qui n'apportent rien d'autre qu'un plaisir Littéraire...

Jeudi 9 janvier 2003.

Commentaires

On pourrait à mon sens aller plus loin encore et parler de plaisir solitaire. Une sorte d'auto-excitation sans visée autre qu'apaiser l'angoisse, la masquer. Une vraie écriture, elle, souvent bien loin de toute idée de ludique, entre dans l'angoisse droit devant, l'affronte. Au risque et au péril de.
Mais je ne rejette pas toute idée de ludique lorsqu'il est enté sur quelque chose de profond de vrai.

Écrit par : Florence Trocmé | 08 juin 2006

Des écrits, pour le plaisir de voir le temps qui passe !

Écrit par : michel à franquevaux | 09 juin 2006

S'il n'y a pas de sens, il n'y a ni littérature, ni poésie. Qu'est-ce que le plaisir?

Écrit par : piotr | 11 juin 2006

Les commentaires sont fermés.